Campomoro, Corse

Campomoro, Corse le 4 août 2012

Quelques jours avant … Nous avons quitté Cargèse par mer belle, sous gennaker, avec juste ce qu’il faut de vent pour avancer tranquillement à 7/8 nœuds et un grand ciel bleu qui ne nous quitte pas depuis notre arrivée sur l’île de beauté.
Après une pause déjeuner et plongeon obligatoires dans la baie de Stagnoli, les vents légers nous ont poussés jusqu’aux Iles Sanguinaires, au nord de l’entrée du golfe d’Ajaccio. Que de beauté !!! Les îles sont inhabitées, sauf par les oiseaux ! Il paraît qu’Alphonse Daudet a fait des îles Sanguinaires le cadre d’une de ses nouvelles ! Nous sommes montés jusqu’au phare blanc de la plus grande d’entre elles, la Grande Sanguinaire. La vue sur les autres îles et sur le golfe d’Ajaccio est fabuleuse. Tous mes hommes ont fait la course dans la rocaille jusqu’au phare pour se défouler.
Au coucher du soleil, les îles ont pris un reflet rougeâtre et nous les avons quittées presque à regret pour nous diriger vers la civilisation.

Situé au fond du golfe d’Ajaccio, le port d’Ajaccio est grandiose, divisé en 3 bassins, un destiné aux bateaux de commerce, un autre pouvant accueillir des bateaux de croisière immenses et un troisième pour les plaisanciers (ce qui ne veut pas dire forcément « petits bateaux » compte tenu de la taille de certains yachts et goëlettes !). Nous avons pu ancrer à côté du port et avons rejoint le quai en annexe. Ajaccio, capitale oblige, est bruyante et c’est un choc après le calme des petits mouillages de la côte ! Nous avons arpenté les rues sous la chaleur et le brouhaha ambiant en nous imprégnant des rues de la vieille ville qui rappellent l’Italie, le linge qui sèche sur les balcons, les maisons colorées. Napoléon est omniprésent, une statue par-ci, le nom d’une rue, d’un restaurant, d’un hôtel, d’une place, d’un cours par-là, la maison Bonaparte où il vit le jour peut se visiter aussi, mais nous avons préféré sans regret découvrir le musée d’Histoire de la Corse. Une bonne entrée en matière pour qui veut connaître l’île et sa culture ! On y apprend, par exemple, que les premiers peuplements de l’île remontent sans doute au XII ème millénaire av. J.-C., que la Corse connut son heure de gloire anglaise et que plus récemment la résistance corse pendant la 2ème guerre mondiale fut efficace et courageuse face à l’ennemi nazi. Beaucoup de maquettes, d’objets, d’uniformes illustrent les grandes périodes pour la plus grande joie de Yohan qui pensait à son grand-père « qui construit des maquettes aussi, mais que de bateaux !!! »
Nous pensions naïvement pouvoir louer une voiture quelques jours sur Ajaccio pour visiter l’arrière-pays, mais …c’est donc vrai, nous ne sommes pas tous seuls et tout est complet ! Tant pis, il fait de toute façon très chaud et l’envie de retourner au bateau et de partir nous rafraîchir dans une petite crique est la plus forte ! Pour les Pinzutu que nous sommes, rien de mieux que le snorkelling et les découvertes gastronomiques pour se réconforter (Clément est un adepte des canestrelli aux amandes et des bastelles !).
Après une nuit tranquille à côté du port, nous avons levé l’ancre le lendemain matin pour Propriano, après une halte qui nous tient à cœur à savoir la halte pause déjeuner et plongeon dans l’anse de Cacalu ( magnifique, avec sa tour gênoise au dessus des masses rocheuses et des montagnes couvertes par le maquis odorant !). Rien de spectaculaire à Propriano même, mais les montagnes rocheuses et les belles plages de sable fin autour comme celle de Porto-Pollo ainsi que l’arrière-pays – que nous ne pouvons visiter faute de voiture ! – valent une halte, ne serait-ce que pour le ravitaillement de l’équipage, de vrais estomacs sur pattes.
Dans les environs de Propriano, se trouve Campomoro. Nous y avons passé une journée et une nuit. C’est un charmant village, situé dans le golfe de Valinco, sur un site protégé. L’anse est bien abritée et la plage de sable fin est très belle. Pas de marina, pas d’immeubles, que de jolies maisons disséminées sur les collines. Les poissons sont nombreux pour notre plus grande joie et la balade sur le sentier du littoral agréable. Comme si la journée n’avait pas été assez dense en activités, l’équipage masculin de Liladhoc a terminé la soirée en jouant au football sur la plage avec d’autres enfants.

20120805-001611.jpg

20120805-001626.jpg

20120805-001641.jpg

20120805-001712.jpg

20120805-001755.jpg

2 commentaires sur « Campomoro, Corse »

  1. Depuis Lege sous la pluie nous pensons bien a vous ! Que de belles photos ! Nous vous embrassons tous la famille Monas et Luguet .

  2. Hé ben ns ns sommes ds les Alpes du Sud et il pleut…Bon prétexte pour ne pas faire d’efforts physiques et manger les spécialités locales (légères…).

    Les photos sont magnifiques et les commentaires très riches.

    Bises à ts les 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :