Bastia, Corse

Bastia, Corse, jeudi 18 août 2012

Le feu d’artifice du 14 août au soir a clôturé notre escale à Porto- Vecchio et nous sommes partis le lendemain matin pour le golfe de Pinarellu, au fond duquel s’étend une belle et longue plage de sable. Une petite île du nom de Roscana est repérable en entrant. Le sondeur affiche une eau à 29 degrés ! Très joli coin. Premier essai à ski nautique pour Clément et Mathis, tractés par l’annexe. Dur ! Dur !
Clément sait à présent conduire l’annexe tout seul. Un vrai co-équipier raisonnable, consciencieux, sur qui l’on peut compter et qui a bien trouvé sa place au sein de l’équipage.

Le dernier jeu de société en vogue depuis quelques jours à bord est un jeu des 7 familles version corse ! Yohan gagne tout le monde ! Plus difficile pour lui lorsque l’on joue au Jungle speed !

Le 16 août, vers 8 heures, le vaillant capitaine a démarré les moteurs ( pas de bon vent pour gonfler les voiles ), nous avons longé la côte est de la Corse tranquillement, avant de monter le solent et avancer honorablement à 6 nœuds. La côte Est ne ressemble en rien à la côte Ouest qui nous avait éblouis par ses reliefs et ses contrastes. Sur cette côte rectiligne, on devine des étangs et des rivières et les majestueuses montagnes en arrière-plan. L’arrière-pays semble préserver ses mystères et nous souffle de revenir pour le découvrir à sac-à-dos …
Nous sommes arrivés à Bastia après 20 heures. Nos appels à la VHF sont restés sans réponse car la capitainerie était fermée. Après avoir jeté un coup d’oeil au Vieux Port qui semblait complet, nous avons tenté une entrée dans le petit port de Toga, situé au nord du grand port de commerce Saint-Nicolas. Une de nos « bibles » nautiques, aux éditions Vagnon, nous assurait que des bateaux jusqu’à 25 mètres pouvaient accoster sur pendilles. Confiants, Nous nous sommes enfoncés dans la marina et … Sommes arrivés dans un cul-de-sac ! Impossible de faire demi- tour, trop étroit ! Le capitaine a maintenu une marche arrière délicate pendant que nous assurions les côtés avec les pare-abattages et une gaffe pour ne pas heurter un bateau amarré. Petite suée de stress qui s’est terminée sans dommages ! Nous avons finalement ancré de nuit dans une anse, appelée anse de Porto-Vecchio, face à la citadelle.

Le 17 août, nous avons retrouvé de la famille bastiaise au vieux port pour une visite efficace et instructive de Bastia. Le

20120818-114217.jpg

20120818-114241.jpg
Le Vieux Port, entouré de maisons altières et colorées, vaut le coup d’oeil. Un parfum de méditerranée et d’Italie se dégage de ces quartiers aux noms évocateurs : Terra Vecchia, Terra Nova … et nous sommes ravis d’avoir pu nous y attarder pour mieux s’en imprégner. Nos deux guides expérimentés nous ont d’abord fait découvrir la citadelle génoise, la cathédrale baroque Sainte-Marie-de-l’Assomption, du XVII ème (où l’on peut voir une impressionnante Vierge en argent massif pesant 650 kgs !) et l’oratoire de la Confrérie de la Sainte-Croix, au style rococo, avec un Christ noir que les marins promènent en procession le 3 mai. On flâne dans les ruelles étroites et l’on tombe sur une église baroque ( celle de St.-Jean-Baptiste, du XVII ème, avec ses deux campaniles, magnifique, la plus grande église de Corse ), une chapelle, un oratoire ( comme celui de St.-Roch, saint pourfendeur de la peste qui a droit lui aussi à sa promenade annuelle dans les rues de Bastia) ; au détour d’une rue, d’une place ( la place St-Nicolas, le long du port, avec ses palmiers, ses terrasses de café animées, son vieux kiosque à musique et la statue de Napoléon en empereur romain avec des gros biceps, quel mégalo, celui-là ! ) … C’est surprenant et très beau. Les moussaillons découvrent, questionnent puis … « ENCORE UNE ÉGLISE !!! » Allez, encore un petit tour au musée d’Histoire de Bastia (merci, Pierre, pour toutes tes explications), situé dans le palais des Gouverneurs ( Entre le XV ème et le XVIII ème s. ) avant une dégustation de glaces bien méritée en redescendant sur le Vieux Port !
Nous avons terminé notre agréable journée par un dîner dans l’appartement de mon oncle et ma tante, avec mon cousin que j’ai eu plaisir à revoir. Merci encore pour tout ! Et rendez-vous sur le blog pour l’année à venir ! Mais oui, on reviendra en Corse, c’est certain !
Nous avons quitté Bastia en fin de matinée par mer belle, vent de face, pour faire une halte déjeuner/baignade dans la marine de Pietracorbara, petite crique très fréquentée par les plaisanciers. Nous avons ensuite continué notre route jusqu’aux îles Finocchiarola pour une deuxième pause plongeon ( l’air est à 35 degrés, l’eau à 29, c’est tout de même tentant !!! ). Les îlots rocheux sont jolis, une petite tour gênoise trône sur l’îlot le plus excentré de la crique. Nous avons eu une visite sur le bateau, un monsieur propriétaire d’un monocoque de 36 pieds, style Pogo, curieux de visiter notre Outremer 49 et de connaître notre sentiment sur notre formule 1. Lui-même et sa famille avait effectué un tour de l’Atlantique. Peut-être l’avons-nous convaincu des avantages du multicoque !
Après avoir consulté les prévisions météo, nous avons pris la décision de quitter la Corse et de faire cap sur Monaco. Nous devons rentrer au chantier Outremer de La Grande Motte autour du 23 août pour vérifications techniques obligatoires et indispensables ( le dessalinisateur est capricieux, l’écoute de grand-voile est à changer, usée prématurément par un frottement sur une barre franche, le bureau de la cabine de Yohan est à refixer … ). De plus, nous avons rendez-vous avec de la famille fin août que nous avons grand plaisir à accueillir à bord de Liladhoc avant le Grand Départ de début septembre. Petit détail de la plus haute importance : nous partons pour l’aventure une fois que les cours du CNED seront réceptionnés, je ne pars pas sans les cours de 4 ème de Clément et ceux de CM1 de Mathis, c’est sûr !

Un au revoir rapide à ce petit joyau d’île et c’est parti pour une traversée en sens inverse de la Méditerranée ! Ciao bella, ci vedremo !

Éric et Clément préparent les cannes à pêche, on ne sait jamais ! Après avoir cassé plusieurs bas de ligne ( le Cata avançait trop vite et tirait sur les lignes ! ), ils ne désespèrent pas de nous remonter une bonite ou un gerbaud … Je n’aurai pas cuisiné de poisson fraîchement pêché par nos soins en Corse ! Tant pis ! Nous avons aperçu en revanche une horde de thons en chasse ( quelle puissance ! ) et quelques Flipper curieux pendant la traversée du retour.
Pour ceux qui croient que l’on s’ennuie sur un bateau : Éric s’est aperçu que le pilote automatique ne fonctionnait plus. Il a cru un instant que la forte chaleur perturbait l’électronique, testé plusieurs possibilités avant de s’apercevoir que les enfants avaient éteint par inadvertance le bouton de mise en service du pilote sur le tableau de bord intérieur !
Nous avons quitté le Cap Corse vers 18 heures le 18 août et navigué par mer calme, sous gennaker et grand-voile à 3/4 nœuds, avant d’allumer en désespoir de cause les moteurs car Eole a décidé de ne pas souffler ce soir. Éric a assuré le premier quart, je l’ai relayé vers 2h30 du matin jusqu’à 5 heures. Clément a poursuivi la veille nautique jusqu’à 7 heures. Le ciel constellé d’étoiles et un bon bouquin m’ont accompagnée pendant ce quart. J’ai trouvé l’occasion de formuler quelques voeux grâce aux étoiles filantes et le calme de la nuit m’a permis de me remémorer les bons moments passés sur notre première île avec Liladhoc.

20120820-191609.jpg

20120819-113737.jpg

20120819-110933.jpg

5 commentaires sur « Bastia, Corse »

  1. Nous avions vu votre arrivée, nous n’avons pas vu votre départ. Pourtant quand nous sommes rentrés de la plage de l’Arinella, l’annexe était fixée au bateau. Mathieu, lui, vous a photographiés en montant chez nous.
    Nous étions très heureux de vous recevoir et merci d’avoir partagé cette journée. Beau souvenir de votre passage ! Le temps est magnifique aujourd’hui pour découvrir le Cap Corse. Nous vous embrassons et bon vent. Jacqueline

  2. Coucou les marins ! quels pros !

    Merci pour tous ces récits et magnifiques photos qui font rêver !!!
    Béa, tu as vraiment l’âme d’une écrivaine : quelle plume ! j’espère que envisages, à ton retour, de publier un ouvrage illustré de ces belles photos.
    Bises à vous 5
    Claudine

  3. Bravo pour ce blog, on va pouvoir vous suivre et apprécier tout ce que vous allez découvrir. Gros bisous de nous 4 et bon vent.
    AFSL soit Alain, Fred, Soline,Lilian

  4. Merci à la « Navigatrice Aquitaine » et à sa famille de nous faire partager son aventure par ses récits bien documentés et illustrés!
    Je souscris à la publication du « carnet de voyage » pour votre retour. Quel style!!!
    On « coule » des moments agréables en lisant ces lignes!!
    A bientôt donc pour la suite de notre feuilleton!!
    Bises à vous tous .
    Bon vent au Capitaine et son équipage!
    Monique

Répondre à Claudine Praneuf Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :