Martinique

Le Marin, Martinique, le 30 décembre 2012

Arrivée à 13h15 dans le cul-de-sac du Marin. Que c’est beau !

La marina du Marin est la plus grande infrastructure d’accueil nautique du sud des Antilles. On pénètre dans l’anse, on évite les bancs de sable, les nombreux casiers – véritables pièges à hélice – on suit scrupuleusement le chenal ( ici, tout est inversé : la bouée bâbord doit être laissée à tribord et la bouée tribord doit être laissée à bâbord ! ).
Un employé du port nous guide jusqu’à notre emplacement. L’endroit est plaisant et nous partons nous dégourdir les gambettes.
Nous retrouvons Thetys, Nautitech de 54 pieds avec qui nous avions correspondu par mail iridium. Je papote avec Nathalie. Cela me permet de renouer contact avec toute la tribu des premiers  » bateaux-copains » avec qui nous avions festoyé sur l’île de La Graciosa. Nous réveillonnerons tous ensemble demain !!!

20130102-155111.jpg

20130102-155118.jpg

20130102-155128.jpg

20130102-155138.jpg

20130102-155147.jpg
31 décembre 2012
Nous attrapons une bouée d’amarrage dans l’anse d’Arlet. Une longue plage en hémicycle se dessine, bordée de cocotiers, de petites maisons et de restos. Aussitôt, les annexes des  » bateaux-copains » arrivent à la poupe de Liladhoc. Retrouvailles chaleureuses ! Chacun raconte sa transat. Beaucoup ont essuyer les plâtres d’une mer chaotique et d’alizés musclés, certains ont même subi quelques avaries ( spi déchiré, mât menaçant de tomber, abandon du pilote automatique … ) et une attaque d’orque ( « reine de Saba » naviguait malencontreusement sur un territoire de chasse … Plus de peur que de mal, heureusement ! ).

Réveillon du jour de l’an dans un Resto, « Le p´ti bateau », convivial, au bord de la plage. On est une quarantaine. « Thetys », « JAD », « Oceanix », « Reine de Saba », « Vanillis », « Andanza » … Les enfants se baignent, s’amusent, les grands discutent, plaisantent, ont plaisir à échanger. Deuxième partie de soirée au rythme du zouk et de la biguine qui ont tôt fait de nous envoûter !

Bonne année 2013 ! Pour nous, elle démarre fort !

20130102-155329.jpg

20130102-155340.jpg

20130102-155315.jpg

20130102-155349.jpg

20130102-155359.jpg

20130102-155407.jpg

20130102-155414.jpg

20130102-155426.jpg
1er janvier 2013

Repos sur Liladhoc. Réparation de la pompe de douche pour Éric et Francis. Baignade dans l’eau chaude et turquoise en compagnie des tortues pour nous !
C’est génial !

20130102-155541.jpg

20130102-155547.jpg
3 janvier

Quelques courses rapides, et nous levons l’ancre pour revenir au Marin. Nous naviguons avec Oceanix. Belle navigation sous 25 nœuds de vent, Liladhoc vole à 10 nœuds régulièrement. Francis est ravie, il enfile son ciret et atteint le trampoline en se cramponnant. Des grandes gerbes d’eau passent par- dessus les flotteurs et trempent le fougueux matelot qui s’éclate à l’avant !

Arrivée au Marin vers 14h. On mouille à l’extérieur du port. Oceanix dérape, puis jette à nouveau son ancre derrière Liladhoc. Nous partons tous au chiphandler pour acheter une latte de gennaker et commander des pièces.
Le soir, Jérôme, Karine et Jeanne, Philippine et Jean-Camille dînent sur Liladhoc. On a bien ri, soirée sympa avec ti-punch préparé minutieusement par notre ami Francis.

Nous avons commandé des pièces qui n’arriveront que le 16 janvier. Il faudra revenir !

20130107-170337.jpg

20130107-170410.jpg

20130107-170458.jpg

20130107-170511.jpg

20130107-170525.jpg

20130107-170536.jpg

20130107-170655.jpg
4 janvier

Éric et Francis bricolent avec Jérôme sur Oceanix.

Pétage de boulons avec le Cned le matin. Pendant que l’un a été piqué par la mouche Tsé-Tsé, l’autre danse la biguine et ne tient pas en place.

Achat de légumes ( ignames, patates douces, cristophines, carottes, salade, tomates ) et de bananes. Il y a d’ailleurs de nombreuses variétés de bananes aux noms évocateurs tels que les  » rhabillez-vous jeune homme », les  » passe encore », les « Dieu m’en garde » etc.

Sainte-Anne

L’extrémité sud-est de l’île offre de magnifiques plages.
Sainte-Anne est un village pittoresque et tranquille avec ses jolies maisons peintes, son marché, ses petites places animées et ses bars. Tout ce qu’il faut pour les « z’oreilles » ( métropolitains obligés de tendre l’oreille pour comprendre le créole ! ) que nous sommes !!!

20130107-170928.jpg

20130107-170944.jpg

20130107-170953.jpg

20130107-171010.jpg

20130107-171021.jpg

20130107-171036.jpg

Les Salines

A l’extrêmité sud, un kilomètre de sable blanc, cocotiers penchés sur la mer, c’est la plus grande plage de Martinique ! Pas d’hôtels, peu de vent, eau calme, sable fin … Une vraie carte postale ! Tout le long, cocotiers, raisiniers, poiriers et … Mancenilliers ( arbres et fruits ressemblant à des petites pommes fort toxiques, comme ses feuilles !!!). Attention aussi aux yen-yen, moucherons petits mais qui piquent !!!
On part pour une belle balade dans les sous-bois de palétuviers pour atteindre la superbe plage des Salines 1h30 après.

20130107-171207.jpg

20130107-171214.jpg

20130107-171236.jpg

20130107-171249.jpg

20130107-171307.jpg
Bonne année 2013 ! Ti-bo ( bisou ) aux z’oreilles de métropole qui nous lisent ! Pour nous, l’année démarre fort !

20130107-171418.jpg

20130107-171436.jpg

20130107-171450.jpg

20130107-171528.jpg
Yohan n’a pas voulu partir en maillot de bain. Pa ni p’oblem !

20130107-171641.jpg

20130107-171752.jpg

20130107-171817.jpg

20130107-171908.jpg
Le 7 janvier

La météo n’est pas bonne. Nous avions envisagé de partir pour Ste-Lucie avec Francis, mais les alertes météo se succèdent à la VHF : fortes rafales, vent force 7, vagues de 3 à 5 m au large, ondées locales. On opte pour la technique du replis et de l’abri sûr. Ste-Anne en est un, mais nous avons fait le tour du coin. Nous décidons donc de repartir dans pour Grande Anse où nous avions fêté le Nouvel An. « Reine de Saba » est encore là, pour la plus grande joie de Mathis qui retrouve les jumeaux, Théo et Adélie. Yohan suit, jamais très loin de son frère !!!
On aime beaucoup ce coin, et j’ai retrouvé mes copines les tortues ( petite pensée pour toi, Steph ! )

20130107-172223.jpg

20130107-172203.jpg

20130107-172232.jpg

20130107-172307.jpg

20130107-172330.jpg

20130107-172350.jpg

20130107-172357.jpg

20130107-172528.jpg

20130107-172551.jpg

20130107-172615.jpg

20130107-172638.jpg
Pendant que Clément joue les Robert De Niro …

20130107-172814.jpg

20130107-172820.jpg

8 et 9 janvier

Grande Anse. Le vent souffle fort, avec des rafales atteignant les 30 nœuds, davantage la nuit ! … Heureusement que nous sommes amarrés à une bouée, l’ancrage aurait été préoccupant et incertain. 7000 kms de la France, 5 heures de décalage horaire, et des pluies diluviennes qui nous douchent, avant que le soleil nous sèche aussitôt !!! Il fait 29°C. En France en ce mois de janvier, on grelotte et on skie dans les montagnes enneigées. Le choc du retour va être rude ! Bah, n’y pensons pas ! Carpe diem !

20130109-183443.jpg

20130109-183506.jpg

20130109-183537.jpgLe diamant

Randonnée  » Le morne Champagne ». Depuis Grande Anse, nous empruntons le sentier qui nous mènera aux Anses d’Arlet, plus au sud. On marche sur quelques laves noirâtres, essuyons quelques gouttes de pluie, abrités par les nombreux feuillages. Puis les rayons du soleil percent à nouveau et l’on est en sueur ! Pas de serpent trigonocéphale, de scolopendre, de scorpion de mygale, de mangouste … Mais plein d’anoli ( petit lézard vert ) que Mathis parvient à attraper sans difficulté ! Notre seule terreur : les yen-yen, gros comme des têtes d’épingle !!!

Une terre volcanique, des pluies, du soleil, voilà le secret de La Martinique : tout pousse facilement !

Anses d’Arlet. Mignon petit village qui doit son nom au chef caraïbe Arlet qui mena des tractations sur le partage de l’île avec les colons. Quelques maisons créoles en bois.

On déguste une assiette créole et on espionne les poissons multicolores avec nos masques et tubas ( on avait prévu ! ) qui nagent autour de plusieurs rochers émergés et immergés à quelques dizaines de mètres du bord de l’eau cristalline.
Puis, vers 16h, un gros nuage gris menace de nous balancer ses litres d’eau sur la tête … Tous aux abris !
Comme se plaît à le répéter Francis, emmitouflé dans son k-way  » Il faut mieux le porter que le regretter ! « .
Nous, on est en maillot de bain, il fait chaud et … Il pleut des cordes !!! La saison sèche ne débuterait « effectivement » qu’à partir de février d’après quelques navigateurs avertis ! Aaaah d’accord ! La plie ka tombé, mi bab´ ( il pleut, quelle barbe ! ).

20130115-150007.jpg

20130115-150018.jpg

20130115-150031.jpg

20130115-150046.jpg
Petite frayeur au retour : Mathis ayant pris beaucoup d’avance sur nous, nous sommes arrivés sans lui à Grande Anse. Inquiétude, colère ( les recommandations n’ont pas été respectées comme celle d’attendre le reste du groupe, notamment lorsque plusieurs chemins se croisent ), puis à nouveau inquiétude …
Éric repart seul en sens inverse avec l’i-phone et la lampe-torche de Francis à la recherche de son fils perdu dans la nature. Le reste du groupe rejoint le ponton où se trouve notre annexe.
De très loin, à travers l’épaisse végétation et la baie qui nous séparent, je distingue enfin Éric tenant triomphalement Mathis par la main ! De retour, Mathis m’a fait des yeux -encore larmoyants- à la Droppy en avouant -même difficilement- qu’il s’était égaré en empruntant un autre sentier que nous et avait rebroussé chemin pour nous retrouver … En vain ! Nous étions déjà passés sur un chemin parallèle sans l’apercevoir ! Beaucoup de peur ( il a réalisé aussi que la nuit tombait vite sous ces latitudes … ) et pas de mal, c’est le principal.

On hésite à quitter notre anse si bien abritée pour monter jusqu’à l’anse Dufour ou l’anse Noire. Les alertes météo se succèdent et n’encouragent pas au départ. Mer forte, force 7 Beaufort. A moins de vouloir confectionner une mayonnaise ou un milkshake sans avoir à actionner le mixer, la navigation même côtière ne nous tente pas.
Ici, on se sent bien de toutes façons. Le soir, la stridulation des grillons nous berce. Parties de Jungle Speed et de Mille Bornes, fous rire garantis.

Notre matelot basque veut toucher le ciel. Bon ok, c’est pas le Belem, mais 24 mètres de haut, ça produit son petit effet …

20130115-150350.jpg
On se la coule douce sur Liladhoc.

20130115-150457.jpg

20130115-150514.jpg

20130115-150615.jpg

Éric et Clément s’essayent au fusil de pêche et … Petit flop : un poisson trompette ( qui risque d’avoir la ciguatera ce qui le rend toxique ) et un énorme oursin qui agite ses aiguilles désespérément pour chercher la sortie …

20130115-150729.jpg
Montagnes abruptes, forêt tropicale, collines verdoyantes, falaises déchiquetées, plages paradisiaques … La Martinique offre un visage riche en paysages …

20130115-150842.jpg

20130115-150953.jpg

Anse Noire

On profite d’une accalmie pour lever le camp.
L’Anse Noire. Petite crique sympathique et oubliée des promoteurs immobiliers. Plage de sable noir bordée de cocotiers, de yoles et de filets de pêcheurs. L’eau est plus trouble côté snorkelling et je regrette la faune et la flore de Grande Anse. L’air est doux et tout le monde se baigne avant la prochaine averse !

20130115-151116.jpg

20130115-151101.jpg

20130115-151148.jpg

20130115-151227.jpg

10 janvier
Anse Mitan. Bourg assez bétonné grouillant de magasins de fringues et de restos. On en profite pour acheter des cartes postales et des tee-shirts pour les enfants avant de faire quelques provisions au supermarché.
Dernière soirée avec Francis sur Liladhoc. Son avion décolle demain soir, le 11 janvier.On trinque à nos 3 semaines de cohabitation avec notre matelot en portant un toast avec ti-punch et coca. Beaucoup de discussions, de fous rire, tu vas nous manquer Francis !

20130115-151435.jpg

20130115-151416.jpg
11 janvier

Gag ! Francis nous avise tout sourire qu’il a râté son avion !!! Il n’avait pas bien lu son billet électronique et décrète en riant que son avion décollait à 23h le 10 janvier et non pas le 11 !!! Trop fort, ce Francis ! Qu’est-ce qu’il n’a pas inventé pour rester un peu plus longtemps sur Liladhoc !? Grosse rigolade, sa confusion ne le stresse nullement ! Acte manqué ? amnésie ? Il faut dire qu’à force de se cogner en haut des portes du bateau avec ses 1,92m … Va savoir !!!!!!!!

Les trois-îlets.

A 28 km de Fort-de-France, nous mouillons dans l’anse vaseuse des Trois-Îlets. Petit village avec ses maisons typiques en brique rouge et tuiles à l’ancienne, son église, son marché.
Les îlets Thébloux, Charles et Sixtain, du nom des anciens propriétaires qui y exploitaient des fours à chaux.

20130115-151658.jpg

20130115-151646.jpg

20130115-151710.jpg

20130115-151703.jpg

20130115-151718.jpg

20130115-151736.jpg

20130115-151741.jpg

20130115-151749.jpg

Mathis apprend à tresser les chapeaux

20130115-151919.jpg

20130115-151939.jpg

20130115-151948.jpg
L’église où la controversée Joséphine -future impératrice- fut baptisée …

20130115-152105.jpg

Petite halte à la bibliothèque municipale où Francis profite d’un accès internet pour commander un nouveau billet Fort-de-France -Paris ( ndlr ).
Puis départ pour un bon kilomètre avant d’arriver à La maison de la canne.
C’est une ancienne distillerie bien restaurée et transformée en musée. Devise évocatrice : « Une terre, une plante, un peuple ». Des panneaux et des objets ou instruments retracent l’histoire de la canne à sucre, ainsi que la vie des esclaves en Martinique. Mathis découvre le  » Code noir », sur les droits et les devoirs des esclaves et de leurs maîtres. Droit pour un maître de battre son domestique, mais pas de l’affamer … Difficile de trouver la nuance pour un enfant ! Francis s’attarde sur les machines et l’histoire de la crise de la canne à sucre face à l’apparition, au début du XIXè siècle, d’un redoutable concurrent : la betterave.

L’après-midi, nous partons en annexe jusqu’au « cul-de-sac de la vache », caché par la mangrove. Nous accostons sur un petit ponton en plastique, face à une briqueterie. Nous visitons le village de la poterie, qui montre le travail local de l’argile et des potiers. Artisanat caribéen, fabrique de meubles, de savon, de produits du terroir. Éric et Clément craquent pour une chemise, moi pour une petite robe en batik. Les moussaillons ont choisi des objets de décoration pour leur chambre de Bègles. Francis nous fait remarquer non sans ironie que nos habits ont été fabriqués … en Indonésie ! Nous qui avons cru naïvement encourager les manufactures antillaises …! En discutant avec les commerçants, nous constatons d’ailleurs un malaise économique général. La jeune génération ne va pas bien, la violence et les trafics de drogue se généralisent dans les collèges, certains parents semblent démissionnaires face aux activités illicites de leurs enfants …

12 janvier

3,5 km à pieds pour atteindre La Savane des esclaves. Sur 2 ha de terrain, Gilbert Larose, martiniquais, a reconstitué pendant cinq ans, à la force de ses bras, un village de « nèg´ mawon », nom porté par les esclaves qui s’´évadaient des plantations et devaient vivre, à l’écart, en parfaite autarcie.

20130115-152409.jpg

20130115-152453.jpg

20130115-152529.jpg

20130115-152443.jpg

20130115-152540.jpg

20130115-152557.jpg
Cases-nègres

20130115-153405.jpg

20130115-153422.jpg

20130115-153416.jpg
Evelyne, notre guide, nous fait découvrir des plantes médicinales pour soigner les rhumes, les problèmes de digestion, décoctions en tout genre … Savoir qu’une tisane de feuilles de goyavier remplace le Mucomist !!! … et le jus de l’arbre à pain le Smecta !!! Les personnes âgées et les gens habitant à la campagne utilisent encore quelques uns de ces remèdes ancestraux.

20130115-154029.jpg

20130115-154058.jpg

20130115-154042.jpg
Une terre volcanique, des pluies, du soleil, voilà le secret de la Martinique : chacun peut se nourrir de fruits sauvages ou tombés à terre, les fleurs sont très belles …

20130115-154326.jpg

20130115-154341.jpg

20130115-154336.jpg

20130115-154353.jpg

20130115-154429.jpg

20130115-154418.jpg

20130115-154443.jpg

20130115-154435.jpg

20130115-154401.jpg

20130115-154500.jpg
Biensûr, on ne pouvait pas passer inaperçus : Yohan clame haut et fort qu’il a une envie pressaannnnte ! Evelyne, notre guide, rit et l’incite à aller soulager sa vessie derrière le grand Fromager mais … attention aux épines sur le tron ! Ajoute t-elle. Elle en profite pour raconter les superstitions persistantes qui courent sur le fromager. Du temps de l’esclavage, les propriétaires qui entendaient le son du lambi à travers la campagne -signal de rassemblement des esclaves- ordonnaient à un domestique de creuser un trou et d’enterrer leur coffre plein d’argent au pied d’un fromager qui servait de coutume à pendre les esclaves récalcitrants. Il savait que l’arbre portait malheur et que personne n’oserait y creuser pour trouver le trésor !!! Yohan n’en a cure évidemment mais … glisse malencontreusement sur le sol boueux en revenant vers nous … Un maléfice ?!

Explication sur le manioc et la fabrication de Cassaves, galettes de manioc traditionnelles qui remplaçaient le pain

20130115-155112.jpg

Mathis s’est éclipsé un instant pour aller demander à Gilbert Larose s’il pouvait lui faire goûter de la canne à sucre ! Lorsque nous les avons rejoints, nous avons machouillé des bâtons de canne sucrés et avons eu le privilège de savourer une noix de coco décrochée d’un cocotier quelques instants plus tôt.

20130115-155509.jpg

Devinez qui a eu la fève sur Liladhoc ?!

20130115-155633.jpg

14/15/16 janvier

Après une journée à Sainte-Anne, nous voici de nouveau au Marin. Objectif number one : nettoyage de Liladhoc, achats chez le chipchandler, petites réparations, laverie pour les couettes, remplissage des frigos etc. Mais aussi apéro-resto en compagnie de Cataquatre et de Thétys.
Très « métros », le Marin est animé par de nombreux plaisanciers sur les terrasses du front de mer ; le Marin le bien nommé offre des activités de plaisance variées.
On s’avance pour le Cned, en prévoyant de faire l’école buissonnière quand la famille viendra et lorsque nous louerons une voiture pour découvrir l’intérieur de cette île magnifique. Tout le monde est motivé, Yeeeessss !!!

20130113-173219.jpg

20130117-091327.jpg
19 janvier

Une course de yoles prévue demain nous oblige à déplacer notre mouillage.
Nous ancrons donc un peu plus à l’ouest. Le bateau tourne avec le vent et nous décidons de lever l’ancre pour mouiller un peu plus loin. Pas de chance, l’ancre est coincée par 5 m de fond, emmêlée dans des vieux cordages. Clément plonge, accroche l’orin à la chaîne de l’ancre afin de se faire un repère et remonte reprendre son souffle. Puis il plonge de nouveau et descend un peu plus le long de la chaîne et accroche de nouveau l’orin, jusqu’à parvenir à l’ancre. Il n’y voit pas à 1 mètre !!! Éric, au poste de commande, détend la chaîne en avançant pour permettre à Clément d’avoir du mou dans le but de démêler l’ancre. Quelle galère ! 1/2 heure après, on libère Liladhoc de ses liens et l’on se pose un peu plus loin, en croisant les doigts pour que l’ancre repose sur du sable !
Le soir, nous partons pour Sainte-Anne avec Lilly Rose, un Sun Odyssée 43 rencontré au Marin avec qui nous avons sympathisé.
Pascal, Cécile et leurs enfants ont l’accent chantant et la bonne humeur des gens du sud de la France ! Apéro dînatoire sur Lilly Rose le soir. La dolce vita continue !

20 janvier

8h du matin. Nous accueillons à bord nos cousins Maryse et Bernard, qui viennent d’arriver sur l’île aux fleurs ! Quel plaisir de les voir ! Ni une ni deux nous prenons le large et contournons le sud de l’île pour remonter sur le Cul-de-Sac des Anglais, côte est, au vent. Navigation au près, par 15 noeuds de vent et une houle de 1,5 m.

20130118-193136.jpg

20130127-153337.jpg

20130127-153320.jpg

20130127-153303.jpg

20130127-153618.jpg

20130127-153625.jpg

20130127-153636.jpg

20130127-153658.jpg

20130127-153710.jpg

20130127-153728.jpg

20130127-153738.jpg

20130127-153756.jpg
Et comment les invités sont mis à contribution !

20130127-153923.jpg
Après 1h 1/2 de navigation, la vigie nous crie : « TERRE, TERRE ! »

20130127-154102.jpg

20130127-154213.jpg

20130127-154356.jpg

20130127-154406.jpg

21 janvier

Nicolas et Théo, moussaillons sur Lilly Rose, viennent s’amuser avec Mathis sur Liladhoc. Plongeons et rigolades à la chaîne.
Yohan joue tranquillement aux Playmobil. Éric procède à la vidange des moteurs et Clément et moi partons dans le village pour acheter du pain, des petits gâteaux à la noix de coco et des accras pour midi.
18h. Retour au Marin. Demain matin, une voiture de location nous attend près de la marina pour une visite de l’intérieur de l’île.

22 et 23 janvier

Saint-Esprit. On flâne dans les rues, on découvre quelques maisons typiques en bois. .

La baie du François

20130127-155029.jpg

20130127-155035.jpg

20130127-155047.jpg

20130127-155106.jpg
A la sortie du François, nous visitons l’Habitation Clément. C’est un lieu de mémoire classé au titre des Monuments historiques. Une distillerie où mûrissent plus de 6000 fûts en chêne, des rhums vieux ou cuvées spéciales, dans une propriété de 16 hectares qui a su conservé l’ancienne distillerie et ses habitations. Le sens de la visite nous permet de relier le jardin botanique à l’évocation de la vie domestique sur l’habitation, au monde industriel et la visite des chais.

Homère Clément, premier médecin de couleur, maire du François, racheta l’habitation en 1887. Tout un symbole ! Ses héritiers feront du « rhum Clément » une marque reconnue dans le monde entier.

20130127-155306.jpg

20130127-155319.jpg

20130127-155327.jpg

20130127-155339.jpg

20130127-155404.jpg

20130127-155418.jpg
Figuier maudit

20130127-155552.jpg
Arbre à pain. Les colons en donnaient aux esclaves par commodité ( l’arbre pousse partout) et par économie (le fruit cuisiné est très bourratif )

20130127-155719.jpg
Maison de maître du XVIIIe siècle, témoin de l’art de vivre créole entièrement restauré.

20130127-155858.jpg

20130127-155845.jpg

20130127-155912.jpg

20130127-155935.jpg
La case de Léo. Clément pose à côté d’une œuvre d’un artiste caribéen.

20130127-160134.jpg

20130127-160253.jpg

20130127-160324.jpg

20130127-160336.jpg

La visite se termine par une dégustation de rhum et là … On ne se souvient de rien !!!

Pluie tropicale au Marin !

20130127-161248.jpg
Saint-Pierre. Nous visitons la ville dévastée en 1902 par l’éruption du Mont Pelée (30 000 morts en 1 minute, 4fois plus que Pompéi) à bord du Cyparis Express, le Train de la mémoire. Surnommée autrefois le « Petit Paris des Antilles », cette ville attachante était la capitale économique et culturelle de la Martinique avant de connaître un destin tragique avec l’éruption de la montagne Pelée.

Ancien théâtre détruit par le volcan

20130127-161524.jpg

20130127-161549.jpgCachot qui abrita le seul survivant de Saint-Pierre, un prisonnier du nom de Cyparis, bouclé à double tour pour ivrognerie. Le rhum lui a en quelque sorte sauvé la vie ! …
Sauvé par le destin : le fameux Belem arrive en mai 1902 dans la baie de St.-Pierre et constate que la place est prise par un autre navire. Il part donc ancrer au Robert. Le lendemain, les bateaux de la rade de St-Pierre sont balayés par l’explosion du volcan.

20130127-161754.jpg
Église de Balata, le petit Sacré-Cœur de Fort-de-France
Construite à la gloire des Antillais morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale

20130127-161913.jpg

Route de la Trace, à la sortie de Balata, à une dizaine de kilomètres de Fort-de-France, sauvage et verdoyante.

20130127-162027.jpg

20130127-162021.jpg

20130127-162043.jpg

20130127-162053.jpg

20130127-162148.jpg
Cascade du saut du Gendarme. Magnifique ! Les enfants adorent !
Beaucoup d’ondées rendent impraticables les sentiers de randonnées, la plupart étant répertoriés comme  » sportifs » et impossibles avec des jeunes enfants … Le balisage un peu absent -surtout quand le sentier devient ruisseau, quand la ravine devient torrent à cause des pluies, ne nous rassure pas.

20130127-162310.jpg

20130127-162329.jpg

20130127-162342.jpg

20130127-162357.jpg

20130127-162412.jpg

20130127-162427.jpg

20130127-162443.jpg
Mer et nature, cette île verte a vraiment tout pour plaire !

5 commentaires sur « Martinique »

  1. J’avais fait un arrêt sur image au 30/12, pourquoi??? Donc, nous sommes ravis de vous retrouver textes et photos, toujours très agréable de vous savoir heureux et en pleine forme. Courage pour l’école, Mathis a du attraper le virus des îles!!! Bisous.

  2. un petit coucou à Béa de la part des chevaux de l’Eperon d’Ornon qui pataugent dans la gadoue avec toute cette pluie… bonne année à toi et ta famille Jo

  3. Salut les moussaillons!

    Contents que tout se déroule pour le mieux!

    Cette végétation est vraiment superbe et quand on revient l’hiver comme nous c’est plutôt tristounet!

    Pauvre « CNED », la concurrence est dur!

    Bises.

  4. De très gros bisous pour cette nouvelle année… (ce n’est pas trop tard…).
    Les paysages sont magnifiques, les récits extras. Merci Béa pour tous ces moments partagé. Très bonne continuation à vous tous.
    Bises

  5. Salut la famille, vous en prenez plein les yeux cela doit etre super…….enfin profiter bandes de petits venards…… A plus pour la suite de l histoire et continuer superbes photos……gros bisous la famille mau…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :