Les Bahamas

Les Bahamas

Plus de 700 îles et 2400 cayes inhabitées composent les Bahamas, dont le nom signifie en espagnol « baja mar », autrement dit mer peu profonde. En effet, nous naviguerons pendant cette petite semaine aux Bahamas dans des eaux peu profondes, aux couleurs extraordinaires, en prêtant une veille attentive au moindre récif corallien (tous ne sont pas indiqués sur les cartographies) qui peut se révéler fatal pour les coques lorsque l’on navigue par 3/5 mètres de fond.

Archipel de corail et de calcaire s’étendant sur 800 km au sud-est de la Floride … Ça va être difficile de trouver l’île appartenant à Johnny Depp ! …

La proximité des États-Unis a profondément affecté certaines îles, en particulier les plus proches de la Floride, qui reçoivent un grand nombre de paquebots de croisière et de bateaux de plaisance. Heureusement, des centaines d’îles plus éloignées ont préservé leur tranquillité et leur charme.

Christophe Colomb débarqua le 12 octobre 1492 pour la première fois dans le Nouveau Monde sur l’île de San Salvador. A cette époque, les Bahamas étaient habitées par les paisibles Lucayans, qui devaient disparaître en quelques années, déportés pour la plupart vers les mines d’or et d’argent de Saint Domingue et de Cuba par les Espagnols. Lorsqu’ils les eurent pillées de leur seule ressource, leur population, les Espagnols quittèrent les îles.
La première colonie fut fondée au XVIIème siècle par des protestants des Bermudes fuyant les persécutions religieuses. Les Bahamas restèrent sous domination britannique jusqu’en 1973, où elles devinrent une nation entièrement indépendante.
Elles servirent tour à tour de refuges aux pirates (dont le célèbre Barbe Noire), à ceux qui approvisionnaient en alcool les États-Unis pendant la prohibition, aux trafiquants de drogue au XXème siècle …
Au XXIème siècle, l’absence d’impôt sur le revenu et un secret bancaire sans faille font des Bahamas un paradis fiscal important !

Nous avons quitté Cuba à regret le 17 mai à 8 heures du matin et parcouru 65 milles pour atteindre les premières îles des Bahamas vers 15h30.
3/5 à bord ont subi cette navigation : mer de travers, creux de 2 mètres, vent de travers, à une allure de 9 à 10 nœuds réguliers avant la prise de ris censée soulager les estomacs fragiles (Yohan m’a vomi dessus, Mathis a eu la délicatesse de faire de même dans un seau et je me suis écroulée dans la cabine, inservable et nauséeuse, après une douche indispensable et rapide pour Yohan et moi) !
Je suis soulagée que Maud Fontenoy, cette grande navigatrice, souffre elle aussi d’un mal de mer récurrent, je me sens moins seule ! 15 jours à terre ont tôt fait de nous déshabituer des mouvements anarchiques de la mer. La vie sur un bateau nous sied, mais les navigations tourmentées nous pèsent !

Point positif :
La chaleur nous semble plus clémente et la température de l’eau plus fraîche (26°C !). Des géantes raies et des poissons-perroquets nagent sous le bateau lorsque nous ancrons à Flamingo Cay le 18 mai.
L’île est déserte, à l’abordage !!!

20130527-184739.jpg

20130527-184758.jpg

20130527-184816.jpg
Clément veille aux récifs immergés avant que le capitaine ne lâche l’ancre !

20130527-184858.jpg
Les fonds marins sont très beaux, nous retrouvons avec plaisir les poissons-perroquets, pagres, poissons-chirurgiens et des splendides raies à la nage majestueuse.

20130527-184940.jpg

20130527-184953.jpg

20130527-185007.jpg

20130527-185017.jpg

20130527-185033.jpg

20130527-185050.jpg

20130527-185102.jpg

20130527-185116.jpg

20130527-185133.jpg
La pêche sous-marine a été bonne !

20130527-185216.jpg
On remonte les Bahamas progressivement. Liladhoc a filé tel un oiseau au ras de l’eau turquoise, 2 mètres sous les coques, porté par les alizés à une allure constante de 9/10 noeuds ! Quel plaisir de glisser sous une mer peu profonde, calme, aux camaïeux de bleus ! Il faut cependant rester attentifs aux écueils et aux coraux qui pourraient écorcher les flotteurs !

20130527-185300.jpg

20130527-185331.jpg
21 mai

Staniel Cay. Un peu de civilisation (normal, on approche de la capitale !). Nous montons dans l’annexe et quittons momentanément Liladhoc sous lequel un requin-dormeur a élu domicile pour partir faire quelques courses dans un store perdu dans le village constitué de petites maisons sur pilotis roses, bleues et vertes. Une charmante dame nous accueille dans sa modeste épicerie. Les produits sont excessivement chers (2 kg de pommes de terre, une aubergine, deux oignons, des œufs, des corn-flakes, quelques petites boîtes de sardines et un kilo de riz nous reviennent à 48 dollars !!!).

Nous fêtons l’anniversaire de Stéphane au resto à l’ambiance très américaine (comptoir, billard, musique country, pop ou reggae, grands gaillards américains qui parlent fort).
Mathis et Yohan lui ont fait un dessin, Clément lui offre une boîte d’Ovomaltine (denrée rare sous ces latitudes !) dont il raffole !!! On finit la soirée sur Humanes pour boire un rhum de Cuba, délicieusement parfumé, on en a pas apprécié de meilleur !

20130527-185501.jpg

20130527-185525.jpg
Un couple de requins-dormeurs nagent tranquillement autour de Liladhoc

20130527-185622.jpg

Hallans Cay

Petit-déjeuner sur la plage déserte. Seuls les gros iguanes louchent sur notre cake avec de gros yeux ronds.

Espèce endémique d’iguanes, moins impressionnants que ceux de Petite-Terre, en Guadeloupe, mais moins farouches !

20130527-185718.jpg

20130527-185731.jpg

20130527-185749.jpg

20130527-185756.jpg
Mouillage paradisiaque. Il fait très chaud. On semble seuls au monde ! Un de nos plus beaux ancrages …

20130527-185849.jpg

20130527-185854.jpg

20130527-185915.jpg

20130527-185908.jpg

20130527-185926.jpg
Répartition des coquillages …

20130527-190040.jpg

Nassau, sur l’île de New Providence. 75% des 330 000 habitants environs vivent sur cette île. Beaucoup de bruit. Beaucoup de monde. On est devenus de vrais sauvages avides de silence et de nature. Les paquebots de croisière affluent, les excursions maritimes à la journée aussi.
Nous accostons à côté du débarcadère des paquebots de croisière, à même le quai pour quelques heures le temps de faire les formalités. Les gens qui passent s’arrêtent pour regarder Liladhoc et sont curieux de connaître notre parcours !
On procède enfin aux formalités d’entrée. Notre première tentative sur Ragged Island s’était révélée infructueuse, avec un accueil peu aimable au milieu d’un no man’s land digne d’une maison de shérif dans le Far-West. L’immensité du territoire et les multitudes d’îles nous ont évité de nous précipiter (on a pris le pli des flibustiers du XVIIème siècle ! …).
D’autant plus que la douloureuse ne tarde pas à tomber : 300 dollars de clearance !!!

Beaucoup d’effervescence à Nassau, les habitants se promènent en maillots de bain le long du quai, des filles se mettent spontanément à danser lorsqu’elles passent à hauteur du bar-restaurant « The sharkee ‘s ». Too much !!!

27 mai

Séquence émotion.
Dernier jour avec nos amis, nos compagnons de route, nos aventuriers au long cours … Grand départ d’Humanes pour Miami, où Hugo doit passer son bac français début juin. Snif ! Ce fut réellement une belle rencontre et nous avons déjà organisé quelques rendez-vous terriens (Nantes et Bordeaux, éternelles concurrentes, nous en ferons des sœurs de cœur !) pour 2014 !

Les Liladhociens sont heureux et fiers d’avoir vécu tant de moments forts avec vous, Humanésiens ! Le Sénégal, tout d’abord, puis nos retrouvailles aux Tobago Cays, nos reretrouvailles aux BVI, à Cuba ! Ce voyage aurait été sans nul doute différent et moins intense sans vous ! Notre souhait de monter jusqu’à Miami en votre compagnie s’est malheureusement vite révélé irréalisable, compte tenu de notre timing de retour.
Bon vent à Nath, Hugo, Inès, Emma et à leur charismatique Capitaine Stéph ! À bientôt en métropole !

20130527-190501.jpg
La météo prévisionnelle pour notre prochaine traversée pour les Bermudes n’est pour l’instant pas propice au départ. Vents nord-est de face nous empêchent de partir. La patience est l’art d’espérer …
Pour l’instant, il pleut. Nos potes nous manquent déjà.
Demain nous partirons de Nassau sans regret pour un joli mouillage sur une petite île à l’est, avant notre traversée pour les Bermudes. 750 milles !

Nous avons passé une partie de la journée en compagnie de Basil, américain venu tout droit de San Francisco aux Bahamas pour voir (entre autre) Liladhoc et discuter avec nous. Nous avons passé une charmante journée en sa compagnie à bavarder !

Nassau

20130605-170440.jpg

20130605-170449.jpg

20130605-170501.jpg
Bahamas via les Bermudes

Départ prévu très prochainement, si le Gulf Stream et le vent nous portent …

2 commentaires sur « Les Bahamas »

  1. Heureux de retrouver le blog, ces textes bien écrits, ces belles photos, qui nous rapprochent de vous. Nous « vivons » Cuba un peu comme le Sénégal, une émotion particulière. Profitez-en bien, même sur le chemin du retour!!! A bientôt aux Bermudes. Gros bisous à tous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :